Réflexion Foot

27 septembre 2017

Bac blanc option allemand

Source: Flickr

Pour la 2ème journée de la phase de groupe de la Champions League le PSG affronte le Bayern de Munich au Parc des Princes. Seul équipe de grande envergure pour le PSG dans cette phase de groupe de la Champions League , le Bayern de Munich arrive décompléxé à Paris tel un outsider. Car oui , ce soir la pression est sur les épaules des Parsiens. 

Ce soir, le Parc des Princes sera plein. Comme l'an dernier déjà face à Arsenal à la même époque, le PSG aura sont test de crédibilité au niveau européen dès l'automne. En effet après un mercato XXL et les signatures médiatisé de Neymar et Mbappé , le PSG doit désormais se faire craindre sportivement. Et quoi de mieux qu'un match de gala contre le FC Bayern Munich en phase de groupe de Champions League. 

A Paris, la tension est palpable dans le club. En témoigne la contre performance du weekend dernier face au Montpellier Hérault (0-0) dans un match piège par excellence sur un terrain de mauvaise qualité propice aux blessure et au jeu long. Bref, une rencontre sûrement vite évacuée des têtes parisiennes, tant la rencontre de ce soir est important. 

Car ce soir tout les yeux des spécialistes du football héxagonal et européens attendront le faux du PSG sur sa pelouse : qu'il y ait défaite ou victoire, mauvaise ou bonne prestation. Le PSG doit simplement impressionner à tous niveaux ses adversaires européen et satisfaire l'investissement consentie par son propriétaire le Quatar Sport Investment. 

Surtout qu'en face  il y a le FC Bayern Munich, entrainé par une ex Carlo Ancelotti , probablement Kingsley Coman sur le flanc gauche de l'attaque et son président Uli Hoeness qui avait affirmé dans l'été  : 

" Que je sache, le PSG n’a encore rien gagné en Ligue des Champions. Depuis que le club a été racheté, il n’a même pas atteint les demi-finales. Il peut dépenser autant d’argent qu’il veut, cela ne signifie pas pour autant qu’il va être champion d’Europe. Lorsque j’entends Paris qui recrute des joueurs pour 150 ou 200 M€, je me marre à chaque fois"  Uli Hoeness (Président du FC Bayern Munich) 

Sacré ambiance ! 

Alors que peut-on attendre de PSG 2017-2018 ce soir ? 

Une grosse prestation pour sûr. Tactiquement, la composition du PSG est quasiment déjà connu de tous. Seul quelques détails doivent être confirmé : Unay Emery aura t-il le culot de commencer avec un milieu à deux récupérateur ? Kurzawa aura-t-il sa place ? Et quid de Aréola ou de Trapp dans les buts ? ( Le titi parisien semble avoir une longueur d'avance cette saison). 

Non ce soir l'important sera le facteur X et plus précisément le facteur humain. Les deux recrues les plus chère de l'histoire du football mondial devront collectivement mais surtout individuellement prouver leur statut. Particulièrment Neymar, moins impressionnant les matchs et plus en vue ces derniers temps pour le Penaltygate avec Cavani. Le Brésilien doit être au niveau ce soir pour rassurer son public, justifier son statut de prétendant au ballon d'or auprès des observateurs et convaincre les footix. 

Le premier test de grande envergure se dresse devant le PSG ce soir. Mais n'oublions qu'il s'agit encore d'un bac blanc car les vraies examens éliminatoires sont au Printemps. Une victoire ou grosse prestation ce soir contentera les supporters et les pseudo-spécialistes. Mais qui s'en souviendra d'une telle rencontre à la fin de la saison ? 

Oui le PSG a tout à perdre ce soir en cas de contre performance.C'est la prix à payer en affichant de grandes ambitions pour rêver plus grand. 

A quand les rêves du PSG deviendront-il un jour réalité ? Doit-on forcément réaliser ses fantasmes un jour ? 

Posté par theadrou à 15:54 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


25 septembre 2017

L'affiche du dimanche soir-Droit au but

Solide ! En s'imposant hier soir 2-0 face Au Toulouse football club au stade orange vélodrome, l'Olympique de Marseille a rassuré comptablement ses supporters. Retour sur l'affiche du dimanche soir.

Source: Flickr

L'Olympique de Marseille s'est imposé hier soir à domicile et se retrouve désormais à la cinquième place du championnat a six longueurs du leader parisien. Comptablement les marseillais ont hier rassurés leur public en empochant les trois points au terme d'un match spectaculaire mais est riche d'enseignements.

En effet, c’est tactiquement que les phocéens ont pris l’ascendant sur son adversaire. Sans grandes envolées, sans laisser de grande impression et e satisfaisant d’attaquer uniquement sur son côté droit de l’attaque, l’OM a pourtant pris les trois points contre le Toulouse football club de Pascal Dupraz.

La tactique toulousaine.

Une nouvelle fois, le technicien savoyard avait clairement décidé de refuser le jeu et de mettre le « bus » devant la surface. En laissant la possession de ballons et en jouant avec un bloc équipe bas, Pascal Dupraz souhaitait laisser l’initiative du jeu aux marseillais. Une idée pas totalement saugrenue lorsque l’on connaît les difficultés des olympiens à faire le jeu est en manque de confiance à domicile devant son public. Dès que les marseillais lèveraient le pied, les occasions de contre aurait pu être profitable audio d’attaques suédois Durmaz-Toivonen.

Oui mais voilà, le scénario du match en a décidé autrement. Dès le début de la rencontre, l’olympique de Marseille a su imposer son rythme. L’animation offensive des Payet, Thauvin, Njie et Ocampos a complètement fait exploser le schéma tactique des toulousains.

L’animation offensive marseillaise

En utilisant parfaitement le côté droit de son attaque, l’olympique de Marseille a géré de bout en bout son match sans difficulté. C’est d’ailleurs de ce même côté droit,  que Florian Thauvin ouvre le score en première mi-temps. Un but important puisqu’il vient récompenser la bonne première mi-temps des olympiens.

En effet tout en dominant le jeu, les marseillais étaient trop maladroits dans la surface. Hier soir  l’attaque marseillaise a manqué de tranchant, d’esprit de tueurs, d’un vrai buteur. Placé sur le côté gauche, Ocampos a véritablement joué le rôle de second attaquant aux côtés de Njie. Ce n’est pas un secret, hier soir, les marseillais ont penché sur le côté droit de l’attaque. Les appels de Clinton Nije en diagonale sur le côté droit, ont permis à Dimitri Payet de plonger dans l’axe avec son pied gauche mais également à Ocampos d’avoir plus champs pour ses appels. Sur le côté droit, Florian Thauvin a paru moins à son avantage malgré son but. Le latéral droit Hiroki Sakai a réalisé une prestation solide.

Délaissé sur son côté gauche, Jordan Amavi a profité des quelques ballons de récupération pour s’exprimer. Propre il fait oublier les errements défensifs de Patrice Evra, sans toutefois être décisif offensivement.

La leçon marseillaise

 Malgré toutes ces approximations, les marseillais se sont imposés 2-0 sans réellement être mis en danger.

C’est donc tactiquement que l’OM a été solide hier soir. Bien en place, la paire Gustazo-Anguissa a su physiquement contrôler le milieu de terrain, permettant au quatuor offensif de s’exprimer sans retenue.

Défensive ment, Marseille n’a jamais réellement été mis en danger malgré les quelques offensives menées par Durmaz en première mi-temps. Côté toulousain, l’entrée en jeu de Andy Delort n’a pas changé la donne.

Au terme de ces 90 minutes, l’Olympique de Marseille à gagner sans être brillant devant son public. Hier soir, la victoire rassure. A l’image d’une équipe italienne, l’OM a parfaitement géré son match, en étant propre défensivement et opportuniste offensivement.

Mais cette équipe manque de génie, folie, d’une flamme qui puisse faire embraser le vélodrome.

L’essentiel est là et petit à petit sans faire rêver, l’Olympique de Marseille prends des points. On espérera davantage d’animation, d’ambitions de jeu plus tard. Dans ce schéma de jeu et avec cette composition d’équipe, les phocéens nous prouvent qu’ils peuvent jouer de manière différente et gagner. Solide !

Posté par theadrou à 16:47 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

20 mars 2017

Bilan Ligue 1 : A 8 journées de la fin qui joue quoi ? Première partie de Tableau

A 8 journées du fin de la saison , la championnat de Ligue 1 reste encore indécis. Podium, Europe ou encore maintien, l'ensemble des clubs de l'élite française voient le travail de 8 mois de compétition donner ses résultats lors de ces mois d'Avril et de Mai. Très serrée cette année, la saison 2016-2017 de Ligue 1 nous reserve encore de belles affiches, du suspense à 8 rencontres du termes.

 Au milieu du dit sprint finale , quels sont encore les enjeux la Ligue 1 ? Quelles sont les derniers objectifs des clubs de l'élite ? 

Source: Flickr

 

Le Podium 

 

Depuis 2012, jamais le lutte pour le titre de Ligue 1 n'a été aussi serrée . Suite au titre de Montpellier , le trust du PSG sur le championnat a privé les amateurs de football d'une fin de championnat à suspense. Le titre de champion de France est encore loin d'être désigné. 

Seulement 3 équipes se dégagent clairement: Monaco , Paris et Nice. En effet, depuis la 7ème journée ( soit fin Septembre), ces trois équipes sont confortablement installées sur le podium. Le 4ème à 14 points (Olympique Lyonnais) semble distancé déjà depuis plusieurs semaines. Ainsi qui de Monaco, Paris ou Nice sera champion ? Difficile à dire...

Après avoir dominé la première partie de saison , Nice patine ces derniers temps sans toutefois dégringoler : série en cours de 8 matchs sans défaite. Il manque cependant aux azuréens l'enchaînement quelques victoires pour pouvoir titillier ses deux autres concurrents. Car le rythme de Monaco et de Paris est impressionnant. Sans compter la Champions League, la dernière défaite de Paris et Monaco remonte à la 18ème journée de Ligue 1 (18 décembre). Leur série est incroyable depuis : en 17 matchs : 15 victoires et 2 matchs nuls pour les deux équipes. 1 défaite et 3 points séparent Monaco de Paris. Encore engagés en Coupe de France, Monaco et Paris doivent se rencontrer le 1er avril pour la finale de la Coupe de la Ligue. 

L'Europe 

Derrière le trio de tête, on se dispute les places qualificatives en Ligue Europa. Un bel objectif pour au moins 4 clubs : Lyon, Marseille, Bordeaux et St-Etienne. Officiellement la 4ème place du championnat est directement qualificative en Ligue Europa . Sans trop de suspense la 5ème place l'est également car la finale de la Coupe de la Ligue oppose Monaco au PSG ( probablement qualifié en Champions League par le championnat). La Coupe de la Ligue offrant une place en Europa ligue au vainqueur, cette qualification est reversée au 5ème de Ligue 1 si les deux finalistes sont déjà européen. 

Lyon , Marseille, Bordeaux, St Etienne : 4 clubs pour 2 places. Bien calé à la quatrième place, l'OL paraît intouchable avec uniquement 4 points d'avance sur ses concurrents. Ayant joué honnêtement cette année leurs chances en Ligue Europa ( toujours en lice), les Lyonnais se voient encore européen l'an prochain. 

Derrière Marseille et Bordeaux sont tout les deux à 46 points. Marseille compte bien sauver sa saison de transition en décrochant un billet qualificatif en europe. Une compétition qui permettrait aux phocéens de mettre en place leur Champions Project et de pouvoir attirer davantage de bonnes recrues pour ce mercato d'été. L'OM affrontera d'ailleurs dans ses 8 dernières journées St Etienne à domicile ( 33eme journée) et Bordeaux au Matmut Atlantique ( 37ème journée). 

En bonne forme depuis quelques temps maintenant, les Girondins se verrait bien en Europe la saison prochaine pour courronner une saison réussie.Pour la première saison sur le banc de Bordeaux, Jocelyn Gourvennec aimerait bien retrouver la saveur des rencontres européennes. Son parcours avec Guingamps il y a deux saisons maintenant est encore gravé dans les mémoires collectives. Mais Bordeaux a-t-il les moyens économiques , sportif pour jouer la Ligue Europa ? En manque de stabilité depuis plusieurs années , la marche ne serait-elle pas trop haute ? Les Girondins affronteront lors de ces 8 dernières journées Nice, mais surtout St Etienne et Marseille pour le compte des 36ème et 37ème journée de Ligue 1. 

Enfin St Etienne est à 2 points de Marseille et de Bordeaux. Plus aguerri à jouer l'Europe, les Stéphanois ont montré cette année par leur parcours européens qu'ils avaient les moyens de jouer le haut niveau. Le peuple vert a renoué cette année avec son passé de club européen de la plus belle des manière. Courageusement éliminée par Manchester United, St Etienne continue d'apprendre petit à petit et de gravir les marches vers le sommet sous la houlette de Christophe Galtier.  Qualifié depuis 4 saisons en Ligue Europa, l'ASSE ne veut pas arrêter cette belle série qui plus est avec les émotions vécues cette année en Europe.

A la peine après un mois de Février difficile, St Etienne doit enchainer les résultats. Lors de ces 8 dernière journées, les Stéphanois affronteront Monaco , Bordeaux, Marseille et Paris : un beau programme ! 

La première partie de tableau 

Derrière , de la 8ème à la 12ème place cinq clubs se tiennent en 2 points seulement ( 39 à 37 points). Distancées pour l'Europe, Rennes , Angers, Guingamps, Nantes et Toulouse regardent davantage dans le rétroviseur. En n'ayant pas encore franchi la barre symbolique des 42 points du maintien, leurs rélégation en Ligue 2 paraît tout de même impensable. D'autant plus cette saison avec l'instauration d'un barrage entre le 18ème de ligue 1 et le 3ème de Ligue 2. 

Lors de ces 8 dernières rencontres, ces 5 clubs sont s'attachés à assurrer leur maintien mais surtout de terminer haut dans le classement ; la dotation finale de la Ligue diffère que l'on soit 8ème ou 12ème. Mis à part Rennes qui déçoit cette année, Angers, Nantes, Toulouse et Guingamps peuvent se satisfaire d'une telle positon à savoir le haut du ventre mou. Plus habitués à la lutte pour le maintien, ces clubs s'offrent une fin de saison plus tranquille que d'habitude. Une mention peut spécial peut-être pour Guingamps et Toulouse qui bien engagés en début de saison n'ont pas su confirmer en 2017 les espoirs portés leur première partie de saison.

L'objectif pour ces 5 clubs , ne pas terminer en roue libre et faire de belles prestations pour leurs supporters en cohérence avec la nouvelle campagne d'abonnement du club. En s'offrant une bonne place dans la première partie de tableau , l'ambition d'europe pour la saison prochaine sera davantage dans les cordes économiquement et sportivement. 

 

 

Posté par theadrou à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 mars 2017

Monaco joue gros !

Dans cette folle quinzaine européenne où l'on a pu voir les qualifications inespérées du FC Barcelone et de Leicester city , Monaco est-il capable d'éliminer à Louis II Manchester City ? Les monégasque sont-ils capable de se qualifier malgré une défaite au match aller (5-3) ?  Si l'équipe Mancunienne n'a pas d'héritage ni d'Histoire avec la Champions League, elle est emmenée cette année par un grand Monsieur de la compétition: Pep Guardiola ( double vainqueur en 2009 et 2011). 

 

Source: Flickr

Qu'est ce qui nous fait croire à la qualification ce soir de l'AS Monaco ? 

Le résultat du match aller 

On se souvient encre de cette soirée mémorable à l'Etihad Stadium de Manchester City. Au terme de 90 minutes de vrai football et d'une rencontre d'une rare intensité, les joueurs de Guardiola s'imposent 5-3 après avoir été mené 2-1 à la mi-temps et même 3-2 à la 61ème minute. Un scénario incroyable qui laisse des regrets à Monaco  puisque Falcao rate le pénalty du 3-1. 

Seulement malgré la victoire, ce résultat ne fait pas non plus les affaires de Manchester City. Certes on a longtemps cru que les mancuniens serait défait dans leur antre, mais avec 2 buts de retard uniquement et l'avantage d'avoir marquer 3 buts à l'exterieur Monaco est en ballotage favorable. Tactiquement et techniquement les hommes de Jardim ont su parfaitement contrer Manchester. L'ASM a craqué par fatigue physique ( changements trop tard ?) et la faute à deux erreurs de marquages de Glik sur 2 corners ainsi qu'une joli boulette de Subasic.

Le contexte 

3 semaines plus tard nous revoilà pour le match retour. Depuis ce match aller épique, les deux équipes ont réalisé un sans faute en championnat ou en coupe : 4 victoires pour Monaco et 3 victoire pour 1 match nul pour City. Les deux équipes sont donc à leur pic de forme. En championnat, Monaco est toujours à la lutte pour le titre et City doit se battre pour conserver sa place qualificative en Champions League. L'opposition de ce soir est libre de toute contrainte extérieure : chaque équipe est en forme et dans une bonne dynamique. Qu'importe le qualifié, le rencontre va laisser des traces au perdant. Il faudra montrer beaucoup de caractère pour se relever 

Car Monaco est depuis 3 ans déjà, un habitué des matchs en qualification direct de Champions League avec à la clef de belles rencontres et de vrai opposition ( Arsenal, Juventus, Tottenham). A domicile la reception de Manchester City ne fait pas plus peur que ça. De l'autre côté, Manchester City ne peut que faire prévaloir comme argument se victoire au mal aller. Ils avaient fatigué les monégasques pour les faire craquer physiquement en fin de match. 

Vivement critiqué pour leurs défenses, Manchester comme Monaco devront s'employer à avoir une organisation défensive solide. Par contre nature, Manchester peut se risquer à fermer le jeu pour se qualifier, c'est à Monaco de marquer 2 buts. Avec un milieux de terrain très "box to box" et une armada offensive rapide, le choix de la tactique contre attaque peut être mis en place par Guardiola. Avec les risques qu'une telle philosophie implique ( Cf : Barcelone/PSG). 

Monaco 

Avec uniquement 2 buts d'écart, Monaco peut y croire. Les joueurs de Jardim , meilleur attaque d'Europe , ont les moyens offensif pour réussir ce challenge. Ce seront à eux à dicter le rythme  et faire le jeu.Mentalement , la défaite du match aller n'a pas atteint les joueurs du rocher. En effet en s'inclinant à Manchester, Monaco mettait fin à une série de 12 match sans défaite. Depuis, les monégasques ont gagné leurs 4 matchs suivant. Dans la tête, Monaco est fort.  L'ASM démontre une telle maîtrise technique que même sans vitesse ni inspiration les buts s'enchainent : 12 buts lors des 4 derniers matchs. 

Néanmoins, les joueurs du Rocher devront se passer de Glik (suspendu) Carillo et Boschilia (bléssé). Un manque de profondeur de banc offensif qui pourra peut être jouer en fin de match. En revanche, Jemerson fera sont retour. Il sera probablement aligné avec Raggi pour former l'axe central. Une organisation défensive qui devra prouver : surtout ne pas prendre de carton jaune en 1ère mi-temps. De plus les latéraux Sidibé et Mendy ( dans une moindre mesure) auront à coeur de prendre leur revanche défensivement face à Sané , Sterling ou De Bruyne. 

Manchester City

En s'imposant au match aller, Manchester n'a pas eu de remise en cause tactique de son jeu. Et pourtant bien des critiques ont fusé après le 5-3 du match aller notamment auprès de la charnière central Otamendi-Jones. A l'instar de Monaco, Manchester City devra également assurrer son organisation défensive. Assez pour que Guardiola ferme le jeu ?  Difficile à dire...

D'autant plus que la victoire au match aller  a eu un impact moindre mentalement sur les erreurs mancuniens. Adepte du jeu de passes et de l'épuisement de l'adversaire , Pep Guardiola peut être satisfait de la prestation de son équipe au match aller. 

Mais en étant mené 2-1 à la mi-temps et 3-2 à la 61ème minutes, Manchester s'est fait très peur. De la à faire vaciller mentalement l'equipe et ses plans de jeu on ne sait pas. Lors de ce match retour, les joueurs de Manchester devront montrer sur le terrain qu'ils croient totalement au plan de jeu tactique de leur entraineur. Manchester City devra profiter un maximum des occasions offensive qui se présenteront à eux. Monaco doit marquer 2 buts seulement pour se qualifier, leur avantage de 3 buts marquer à l'exterieur pèse sur la balance. Manchester n'a donc que très peu intérêt d'attaquer à tout va. On parie plus sur le fait que les joueurs de Guardiola feront tout pour déposséder Monaco du ballon. La meilleur défense reste de ne pas laisser la balle à l'adversaire.

En somme , Monaco est un bonne position pour se qualifier ce soir. Le retard de 2 buts est totalement dans leur corde. Le facteur X ce soir sera le pragmatisme et l'attitude des mancuniens dans cette recontre.

Daghe Munegu ! 

 

Posté par theadrou à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 mars 2017

Lorient/PSG : le match d'après.

Tranquille vainqueur du FC Lorient 2-1, le PSG n'a jamais été mis en danger. Des buts de Nkunku et un CSC qui permettent aux parisiens de remporter la rencontre. L'essentiel est dans la victoire dans ce match d'après.

Source: Flickr

 

Après une défaite historique mercredi face à Barcelone, les parisiens affrontent Lorient pour le compte de la 29ème. Un match évidemment focalisé sur la prestation du PSG que par celle des lorientais, lanterne rouge du championnat.

Avec une série de 5 défaites de suite, Lorient ne fait pas de cette rencontre contre les parisiens une priorité. Mieux vaut garder des forces pour le match de la semaine prochaine face à l'AS Nancy Lorraine , véritable match pour le maintien .Les Lorientais n'ont que 6 poits de retard sur le 18ème (barragiste) qui n'est qu'autre que Nancy ! Surtout face à un PSG revanchard ayant à coeur d'effacer au plus vite la "remontada" catane. 

C'est donc le visage fermé et les regards concentré que le PSG entre à 21h sur la pelouse bretonne. Contesté cette semaine, Unaï Emery fait des choix ferme dans sa composition d'équipe. Car mis à part Lucas , et Matuidi,  Verratti sorti au profit de Di Maria ,Pastore et Nkunku, le XI de mercredi est poste pour poste reconduit. Un choix tactique logique de l'espagnol mais interressant. Ainsi les joueurs qui ont fait défaut mercredi soir sur l'attitude et le comportement ont l'occassion de réagir sur le terrain, de prouver. Quoi de mieux que le terrain pour répondre aux critiques exterieur et apaiser le club de l'interieur. 

De plus, il serait injuste de concentré l'ensemble d'une saison sur une seule défaite en terres catalane. En effet, les parisiens affichaient une belle dynamique en championnat depuis le février dernier (4-0 à domicile contre Barcelone encore). La confiance était présente, le schéma de jeu était assimilé et tout les joueurs parisiens semblaient être à leur pic de forme. Seulement "la remontada" contre le Barça rabat toutes les cartes et fait naître de nombreux doutes surtout pour les médias qui profite du malheur parisiens. La machine médiatique s'emballe pour fustiger le travail d'Unaï Emery et chacun à son avis tranché. 

Pour revenir au match , dès les premiers instants de la rencontre contre Lorient  l'on retrouve ce qui fait la force du PSG 2016/2017: à savoir une grosse possession de balle verticale avec de nombreux joueurs capable de se projeter vite dnas la surface. Si le PSG n'impose pas un gros rythme de jeu, ils dominent sans trop de danger les débats. lls mènent à la mi-temps 1-0 sur un but CSC de Benjamin Jeannot. Un but qui vient féliciter la domination parisienne dans le jeu mais qui reste toujours timide aux avants postes. En effet, la statistiques de tirs des deux équipes est plutôt faible en fin de match : 7 pour Lorient et 12 pour le PSG. Un chiffre peut flatteur qui ne temoigne pas de possession du jeu de Paris. 

Malgré ce manque de réalisme, les lorientais n'ont pratiquement jamais mis en danger la défense parisienne. Nkunku d'une frappe anodine en dehors de la surface, surprendra Benjamin Lecomte pour glonfler le score à 2-0. 

Le but de Mickaël Ciani à la 68ème a réavivé quelques mauvais souvenirs pour les joueurs de la capitale. Ce ne sera finalement qu'un simple fait de jeu pour rendre la fin de match un peu plus animé. Le public breton tentera en vain d'enflammer son équipe qui avait l'occasion ici en reduisant le score de faire douter les parisiens. Que neni , le score en restera là. 

En somme, ce match d'après du PSG ne donne aucune leçon. Les parisiens garde toujours leur dynamique positive pour détrôner l'AS Monaco de son siège de leader du championnat. Au delà de la prestation, c'était davantage le résultat qui comptait hier soir. En maîtrisant de bout en bout son sujet , le PSG n'a rien laissé entrevoir des conséquence d'une défaite hitorique mercredi en Champions League. N'en déplaise aux consultants Canal essayant même de monter une polémique autours de Serge Aurier. 

La saga PSG : un univers impitoyable.

 

Posté par theadrou à 09:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


08 mars 2017

DANTESQUE !

Oui bien avant le coup d'envoi on savait que ce match allait être lourd de conséquence : soit la chute du Barça soit le triomphe du PSG. Seulement jamais on aurait imaginé un tel scénario ! 6-1 au coup de sifflet final dont 3 buts des Catalans dans les 5 dernières minutes de la rencontre. Cruelle désillusion pour le PSG qui a longtemps cru pouvoir enfin faire chuter le club le plus titré du 21ième siècle. 

Source: Flickr

Il n'y a que le football qui peut nous faire vivre autant d'émotions et de rebondissements. Déjà au match aller la victoire 4-0 du PSG au Parcs des Princes était impensable. Ce mercredi soir, même peu de catalans croyaient en la "Remontada". Croire en une telle remontée était surréaliste et une utopie le symbole de la prétention des Blaugrana.

En effet même le brésilen Neymar dévoilait à la presse mardi " Ce sera difficile de retourner la situation, mais pas impossible. S'il y a une équipe capable de remonter 4-0 c'est bien le Barça." Il se disait même que le Brésilien aurait parié avec ses coéquipiers qu'il marquerait 2 buts lors de la rencontre. Au de là d'être un magicien, le très croyant Neymar semble aussi être un devin. 

Sans parler dans le détails des aspects techniques et tactiques, ce match est à la fois étonnant et extraordinaire. Car fondamentalement ni le Barça ni le PSG n'ont produit un match exceptionnel en terme de jeu. Ce huitième de final retour était très tendu et souvent haché par les fautes. Malgrè la première mi-temps parfaite des Catalans tactiquement, tout semblait plié après le but de Cavani à la 62 minute de la rencontre. A ce moment là plus personne n'y croyait. 

Sauf peut être les joueurs de Barcelone. Même à 30 minutes de la fin et avec 3 buts de retard , Barcelone a toujours continué a jouer. On ne peut d'ailleurs que souligner la prestation majuscule de Neymar qui a porté à bout de bras son équipe surtout après le but de Cavani. Rapellons qu'il y avait encore 3-1 à la 87ème minute : un coup franc, un penalty et une tête plus tard et le Barça est qualifié. 3 buts qui porte sceaux de Neymar (2 buts et un coup franc décisif pour le dernier but de Sergi Roberto). 

Le PSG ne pouvait rien y faire. Entre plusieurs faits de jeu et un match pas forcement beau techniquement, la prestation des Parisiens est tout de même discutable. Sûrement submergé par l'enjeu et ajouté à une première mi-temps mal négocié au niveau du score, le PSG a commis beaucoup trop d'erreurs pour pouvoir se qualifier .Mentalement les parisiens ont craqué face à un FC Barcelone jamais génial. Encore une fois avec cette élimination, le PSG nous démontre la marche qui le sépare des très grands clubs d'Europe. Mais les parisiens n'ont jamais été aussi proche d'un exploit incroyable, celui d'éliminer le grand FC Barcelone. Mais ce mercredi le Barça était "Mes que un Club". 

Longtemps ce match va faire parler avec un scénario pareil. Les conséquences seront énormes surtout pour la suite de la saison des deux équipes : Comment Paris va-t-il se relever ? Le FC Barcelone est-il enfin libéré pour aller chercher une 6ème coupe au grandes oreilles ? 

En somme on ne peut que se réjouir de toutes les émotions que nous procure le football et ces grandes soirée de Champions League. 

Posté par theadrou à 23:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2017

Barça/PSG : Una Remontada possible ?

Ce mercredi le FC Barcelone acceuille au Camp Nou le PSG fort d'une victoire écrasante 4-0 au match aller au Parc des Princes. Si la qualification semble promise aux parisiens, les catalans n'ont que pour seul espoir "la remontada". L'idée paraît folle mais semble surtout faire son chemin depuis 15 jours dans les têtes barcelonaises. 

IMG_0847

Les Blaugranas ont-il raison d'y croire ? 

Quasiment impossible , improbable : 4-0. Le 14 fevrier dernier , soir de la St Valentin, le monde du football est sous le choc. Le PSG vient de passer 4 buts au FC Barcelone. Messi, Suarez, Neymar ont été transparent 90 minutes, mangé par Cavani, Verratti et Kimpembe. Le club le plus titré du XXIème siècle est tristement tombé à Paris en ne faisant pas honneur à son jeu , son passé, son héritage. 

Oui mais voilà depuis la cuisante défaite des catalans au Parc des Princes,  de nombreuses données ont changé. Ils se mumure même l'idée 'd'una remontada " sur la places des Ramblas à Barcelone : un terme mal approprié  davantage utilisé par le rival Madrilène depuis les années 1980. Un contre emploi qui demontre bien la mentalité des Catalans : il faudra mettre tout les ingrédients pour pouvoir se qualifier avec 5 buts d'écarts ce mercredi. 

Car ce qui nourrit l'espoir du FC Barcelone , c'est bien le FC Barcelone lui-même. On n'est pas proclamé meilleur club du monde légitimement par tous les observateurs sans conséquence. Avec un quintuple ballon d'or dans son équipe rien ne semble impossible.

La semine dernière Luis Enrique, actuel coach des blaugranas, a d'un commun accord avec le club décidé qu'il n'entrainera plus l'équipe la saison prochaine. Cette nouvelle est vécue comme une libération par les médias espagnols  mais sûrement par l'ensemble des joueurs du club. Depuis le départ de Guardiola personne n'a pu véritablement reprendre ce poste, ni même faire perdurer - au déla des schémas tactiques- l'esprit FC Barcelone. Un départ annoncé qui responsabilise les joueurs de leurs comportements sur le terrains. Précedemment il était trop facile de rejetter la faute sur Luis Enrique alors fusible du vestiaire Catalan. 

Autre paramètre, les résultats convaincants des barcelonais : 4 matchs, 4 victoires , 15 buts avec en bonus une victoire contre l'Athlético Mardrid à Vincente Calderon. Quoi de mieux pour oublier une défaite humiliante en Champions League. De belles prestations qui redonnent espoirs aux socios du Camp Nou.  Au delà du score sévère contre Paris , c'est surtout la défaillance collectif de l'équipe  en termes de jeu  et de comportements qui a déçu. Cependant en ne montrant véritablement rien au match aller , les Blaugrana ne peuvent que mieux faire, mieux surprendre, mieux jouer.  

L'autre détail qui compte est la nature du match en lui-même: un match retour d'élimination directe en Champions League au Camp Nou. Un antre où de nombreuses équipes s'y sont cassées les dents. Qu'importe la tactique ( défense béton, contre attaques , autobus dérrière) le FC Barcelone est toujours souverain dans son jardin entouré de plus de 90 000 spectateurs. Un terrain aux dimensions larges qui permet au Barça de mettre parfaitement en place son jeu de passes mais aussi , au besoin, de laissé s'exprimer en 1 contre 1 les talents individuels hiberiques. 

Oui le FC Barcelone est la meilleur équipe du 21ème siècle , c'est pourquoi on peut s'attendre à tout ce mercredi soir. 

Posté par theadrou à 18:49 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

03 mars 2017

Prono 28ème journée : Bordeaux/Lyon

Ce vendredi soir se deroulera au Matmut Atlantique de Bordeaux le choc de la 28ème journée de ligue 1. Les Girondins recoivent l'Olympique Lyonnais, un match quasiment à élimination directe dans le lutte pour l'Europa League. Car l'enjeu est le suivant : la 4ème place directement qualificative pour les phases de poules la compétition contrairement à la 5ème place qui donne droit au troisième tour de barrages de l'Europa League. Les Girondins sont 5ème avec 42 points et les Lyonnais 4ème avec 46 points. 

Ce match risque de faire des étincelles. 

Source: Flickr

Enjeu : la qualification directe  

Quoiqu'il advienne du résultat , l'OL sera toujours quatrième ce soir et donc hypothétiquement toujours qualifié pour les phases de poules de l'Europa League. Une place de plus en plus chère et difficile à tenir. En effet St Etienne, Marseille, Bordeaux se disputent cette quatrième place synonyme d'Europe mais pas n'importe laquelle. Car si la cinquième place est aussi qualificative à l'Europa League, elle ajoute un match de barrage cette été pour atteindre les phases de poules de la compétition. 

Un tour qualificatif qui tombe très mal au niveau calendrier : en pleine préparation estivale, la rencontre a d'énormes répercussions sur la gestion du club Il faut reprendre la préparation bien plus tôt que les autres, en pleine période de mercato et de planification du budget annuel. Une qualification ou non en phase de poules d'Europa League modifie complétement le calendrier et l'effectif du club : il faut doubler les postes , gérer la fatigue en jouant tous les 3 jours et donc créer un esprit collectif (alors que le turn-over des joueurs s'impose) sans toutefois pouvoir réaliser des entrainements tactiques ou de jeux puisque l'on joue et le dimanche et le jeudi. 

Bien souvent, de nombreux clubs ( St Etienne, Lille ou Montpellier) se sont fait surprendre ou ont refusé de jouer pleinement ce tour préliminaire de la compétition. En cause, une gestion trop imprévisible sur 1 match en plein mois de juillet de la saison à venir. Avec succès aujourd'hui, St Etienne a attendu son heure en gravissant petit à petit les palliers nécéssaires pour jouer l'Europa League. 

Une qualification directe par la quatrième place allège les conscience et évite ce genre de désagrément.  

Bordeaux 

L'année 2017 est un bon millésime pour les Girondins de Bordeaux.  Depuis le début de l'année les hommes de Jocelyn Gourvennec ont enchaîné 13 match pour  9 victoires , 2 defaites et 2 nuls seulement. Un bilan qui les place au troisième rang des équipes qui ont engrangé le plus de points en 2017 (17 points). Une bonne dynamique qui propulse les Girondins du ventre mou (10ème place au soir de la 19ème journée) à l'Europe dans se championnat très resséré. 

Toujours en lice en coupe de France, les Bordelais se sont même qualifiés mardi pour les quarts de finale de la compétition contre Lorient (2-1). 

Une bonne dynamique cependant a nuancer. Car dans ce championnat si serré ou chaque points sont précieux , les Bordelais ont un calendrier à suivre costaud. En effet après la rencontre de ce soir face à l'OL , les hommes de Gourvennec iront à Monaco ( 4 jours avant la Champion's league) recevront Montpellier ( en pleine bourre avec Jean Louis Gasset) et se déplaceront enfin à Nice. 4 matchs difficile a  négocier. De même s'enchaîneront lors de ces 8 derniers matchs 5 équipes du bas de tableau jouant le maintien: les points seront précieux.

Bordeaux est donc au tournant de sa saison. En effectuant un bon mois de Mars , les Girondins peuvent espérer jouer l'Europe l'an prochain. Face à un concurrent direct Bordeaux doit prouver. De plus, les Bordelais semblent plus serein à l'exterieur que sur le terrain : la faute à un stade souvent vide ou à un jeu plus réaliste à l'exterieur ? 

Lyon 

De son côté, les Gones ont digéré le derby face à l'ASSE et leur début d'année compliqué. Leur qualification en Europa League leur a redonné confiance et donné un peu de répit à Bruno Génésio très contesté.

L'animation du trio offensif lyonnais fonctionne beaucoup mieux depuis l'arrivé de Memphis Depay. Sur ses 4 derniers match , l'OL a notamment marqué 21 buts. Avec le Néerlandais , Lyon a trouvé un joueur qui peut percuter , dribbler et porter le danger vite sur la cage adversaire. 

Mais là aussi la bonne dynamique est a nuancer. Car ces 4 derniers match n'arrivent pas à faire oublier les défauts lyonnais. Lyon a joué contre AZ Alkmaar ( deux fois hors niveau) Dijon et Metz. 4 match plutôt simple. 

Le problème lyonnais est surtout mental : face à de grosses écuries (en dehors de l'europe) les Gones ont un manque cruel de motivation. Dès lors que vient des match à enjeu, tensions, les Lyonnais perdent leur confiance et leur jeu. Il leur manque un patron, un aboyeurs voir peut être même un vrai entraineur. Ce manque de détermination, on l'avait déjà aperçu contre St Etienne dans le derby ou Marseille en Coupe de France: des matchs où ils sont les favoris. 

Seulement, distancé à 13 points du podium , l'OL doit tout faire pour conserver sa quatrième place pas encore assuré. Deerrière Bordeaux, St Etienne et Marseille ont les crocs. En affrontant un concurrent direct , Lyon doit sortir les griffes et montrer leur égémonie sur la place directement qualificative en Europa League. En s'imposant ce soir, Lyon gagnerait en tranquilité et montrerait surtout à ses poursuivant que le club ne restera pas attentiste. 

En somme, le match de ce soir est une rencontre à gros enjeux pour les deux clubs. Je ne suis pas certains que l'on verra beaucoup de buts ce soir. La veritable question est de savoir si l'enjeu de la rencontre ne va pas tétanisé les deux équipes. auquel cas, on verrait Bordeaux jouer en contre a domicile face à un OL très offensif. 

Réponse ce soir 21h. 

 

Posté par theadrou à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

01 mars 2017

L'OM Champion's Project : la Fable du Lion et du Rat

Officiellement propriétaire du club depuis le 17 octobre 2016, Frank McCourt a lancé son plan de reprise de l'Olympique de Marseille " OM Champions Project". Relayé par son nouveau Président Jacques-Henri Eyraud et son directeur sportif Andoni Zubizarreta, ce projet ambitieux est un plan sur le moyen et long terme. Suite à la fessée reçue face au PSG ce dimanche au Vélodrôme, les supporters grognent contre ce prétendu "Project" qui tarde à se mettre en place. 

L'OM Champion's Project" : Mythe ou réalité ? 

Source: Flickr

Dimanche soir l'immunité des nouveaux dirigeant de l'Olympique de Marseille s'est brutalement arrêtée. La défaite 5-1 à domicile dans le classico a du mal à passer pour les supporters. Après tout les espoirs promis par un mercarto très médiatique, la défaite face au PSG fait tâche. L'OM est un club de passionné, dès lors le contraste entre les promesses du "Champion's Project" et le retour à la réalité du terrain est cruelle.

"L'OM Champions Project" souhaite faire du club à nouveau un cadors du championnat de France pouvant rivaliser avec le PSG, Monaco ou Nice. Par conséquent , lorsque l'on voit le match de dimanche soir face au modèle PSG, on s'apercoit du chemin qu'il reste à accomplir.

Seulement Rome ne s'est pas construit en 1 jour tout comme le PSG malgré ses millions. Arrivé en cours de saison, les nouveaux propriétaires marseillais ne peuvent pas totalement être responsable. Attendons d'abord ce que vaut la nouvelle équipe dirigeante sur une saison complète, un mercato d'été réussi et une préparation estivale totale. Cependant, le projet McCourt ne beneficie plus de l'immunité qui entoure le changement. En effet, depuis octobre 5 mois se sont écoulés et les bouillants supporters marseillais veulent désormais voir les résultats.

Du côté du club, on réclame plus de temps et de la patience des supporters. Faire le dos rond en somme. 

Car déjà s'il l'on compare l'OM d'aujourd'hui à celui du début de saison, beaucoup de choses ont changé. Rien qu'au niveau du jeu, sous l'impulsion de Rudi Garcia, l'équipe joue plus offesivement avec un bloc haut. Une envie de jeu collectif est en train de naître. Certes avec les forces actuelles, Marseille ne peut pas encore rivaliser avec les équipes du haut de tableau mais l'intention est là et le projet de jeu se met en place en quelques mois seulement. 

On peut donc croire qu'avec plus de préparation et d'un mercato estival bien ciblé (notamment en défense central et gardien) , l'Olympique de Marseille sera davantage plus séduisante. Car aujourd'hui on assiste plus a du bricolage qu'autre chose: un Evra blessé qui joue (pas de vrai doublure au poste de latéral gauche), un Payet hors forme cantonné encore sur son poste d'aillier que de meneur, une défense centrale Fanni-Rolando trop juste et lente bien que pourtant complémentaire. 

Mais déjà bannané par Vincent Labrune et son "Projet Dortmund", le peuple marseillais est sur ses gardes, de plus en plus sceptique. Ce qu'ils attendent surtout c'est de la sincérité de l'équipe dirigeante et une équipe première plus méritante que gagnante. 

Les dirigeants Marseillais ont encore le bénéfice d'un "OM champion's Project" sur le moyen et long terme qui leur laisse encore du crédit. Mais le contexte marseillais leur donnera-t-il le temps suffisant pour tout mettre en place ? C'est la question que l'on se pose. Il faut bien prendr een compte que Nice, Monaco et le PSG ont également mis du temps à construire leur projet pour atteindre un tel niveau. Rudi Garcia a également besoin de temps pour mettre en place ses idées de jeu offensif, total et attrayant .

Comme le dit la morale du Lion et du rat de la Fable  de la Fontaine " Patience et longueur de temps ne font plus que force ni que rage".  

Posté par theadrou à 10:25 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

24 février 2017

Bielsa : Si se vuelve

C'est fait depuis la semaine dernière , Marcelo Bielsa sera le prochain entraineur du LOSC la saison prochaine . El Loco retrouvera la Ligue 1 et une équipe ambitieuse et en reconstruction , une aubaine pour l'argentin qui aime les grands défi. Seulement est-ce le bon choix pour les deux parties ?

Source: Flickr

En démissionnant au soir de la 1ère journée de Ligue 1 il y a maintenant 2 ans, Marcelo Bielsa tient une sacrée réputation dans le championnat de France. Pourtant à Marseille, dès que l'on évoque le nom de l'entraineur argentin aux supporters, les yeux s'emmerveillent. En une saison sur le banc ( ou glacière) marseillais , Bielsa s'est mis tout le public dans la poche. Au délà des bons résultats du club (4ème donc directement qualifié en Europa League), l'OM sous Bielsa était séduisant au niveau du jeu . Des buts, de la hargne et une débauche physique intense des joueurs: le cocktail parfait pour satisfaire la folle passion des supporters marseillais pour leur club. 

Grande promesse de l'investisseur Gérard Lopez, l'arrivée de Marcelo Bielsa à Lille soulève de nombreuses questions. Pour quelles raisons l'argentin reviendrait-il dans le championnat de France ? A Lille particulièrement ? S'entendra t-il avec Gérard Lopez ? Est-ce un coup marketing ? Mais surtout est-ce que ça va marcher ? 

Les Intentions de Lopez. 

En rachettant le LOSC, Gérard Lopez souhaite faire du club lillois l'un des cadors de la Ligue 1 et ainsi concurrencer Paris, Marseille ou Lyon. Fort de ces grandes déclarations, le nouveau Président de Lille passe désormais à l'action: un mercato d'hiver avec pas moins de 7 recrues et l'arrivée annoncée de Marcelo Bielsa sur le banc pour la saison prochaine. Le projet commence à prendre forme. 

Jouissant d'un très belle côte pour les supporters, l'arrivée de Bielsa au club séduit déjà. Niveau communication, c'est tous bénef pour la nouvel équipe dirigeante lilloise. D'une part c'est  la promesse de voir du beau jeu avec l'argentin , chose très importante  pour les supporters dépuis les passages de Girard et Renard au club. Les  Lillois voient  donc en Bielsa l'homme providentiel qui saura à nouveau les faire vibrer au stade comme Rudi Garcia auparavant. D'autre part , en réalisant une promesse annoncée dès les négociations de rachat, Gérard Lopez prouve aux Lillois son sérieux, sa franchise et l'ambition qu'il a pour le club. En termes de communication Lopez marque un grand point. 

Car depuis quelques temps les intentions de l'investisseurs hispano-luxembourgeois sont remis en cause par la presse et les observateurs. En effet, ils sont plusieurs à douter de sa sincérité. Avec 7 recrues au mercato d'hiver beaucoup estiment, encore, que Lopez veut faire de Lille un club-Business , rentable en tous points ( fonctionnement et plus value transfert) à l'instar du Projet Dortmund, Chelsea ou Monaco. 

Or l'arrivée de Bielsa sur le banc remet en cause ces prétendues intentions de Business sportif. Le fameux et fumeux projet Dortmund annoncé par Vincent Labrune alors président de l'OM avait pour entraineur Bielsa. Ce dernier n'ayant pas apprécié la vente de plusieurs joueurs clefs en vue de réaliser de la plus value. Sans remors l'argentin avait alors démissionner au soir de la 1ere journée de sa deuxième saison sur le banc à cause d'un manque de sincérité, clarté et bonne foi de Vincent Labrune . 

On voit donc mal "El loco" faire deux fois les mêmes erreurs. Car si la venue de Bielsa sur le banc lillois n'empêche pas Gérard Lopez de faire du LOSC un club rentable, la politique du club sera dès lors tourné entièrement vers les prestations sportives , celle du terrain. Le rectangle vert avant tout ! 

Le bon choix de Bielsa. 

Pour l'entraneur Argentin, la page Marseille semble enfin être tournée. Car suite à sa démission, Bielsa est rentré en Argentine et n'a pas entrainé. Il y eu cette opportunité à la Lazio, fini en eau de boudin, toujours pour la même raison : le manque de confiance et de sincérité envers son président. 

Il vrai que Marcelo est un personnage atypque et même peut être dépassé par la notion entreprise du football moderne. En tant que coach, Bielsa aime avoir le contrôle sur tout l'aspect sportif du club. Du recrutement au jeunes en passant par les installations sportive et le terrain, le projet Marcelo Bielsa est total. Cette vision globale qui réussi et chaque décisions club est dirigées par le contenu sportif de l'équipe première. Seulement le football d'aujourd'hui est globalisé. La bonne santé d'un club ne se juge plus uniquement par les prestations de l'équipe mais également par l'équilibre budgetaire, sa réputation et sa capacité à générer des revenus. 

Avec sa réputation de fou, de passionné du jeu et d'amoureux du football, l'entraineur argentin fait peur aux présidents de clubs qui voient en Bielsa un homme d'un autre temps. C'est pourquoi depuis Marseille, l'Argentin ne retrouve plus de banc.

Malheuresement cet  l'amalgame entre Bielsa et foot business est faux et cache un plus grand problème dans le football moderne : le manque de sincérité, confiance et stabilité de plus en plus présent dans le foot mondial actuellement.

En effet, Bielsa est un professeur et non un fou. A Marseille, il a fait émerger des jeunes (et de quelle manière) par manque d'effectif. Sa réaction est la même quand l'argentin voient partir Payet, Thauvin , Gignac , Ayew, Imbula  à l'intersaison : en réponse il mise sur Bouna Sarr, Batshuayi et Nkoudou. N'oublions pas qu'il fit en une saison de Morel, Mendy, Dja Djédjé et Payet des joueurs incoutournables du championnat de France. 

Contruire et reconstruire ne semble pas embêter le technicien argentin. Le problème vient plutôt de sa relation avec son équipe dirigeante. Si les changements d'effectifs sont désormais monnaie courante, Bielsa a besoin de sentir la confiance de son président et son équipe dirigeante. Pas d'embrouilles, pas d'esquives ni de malfaçons : de la sincérité avant tout. Qualité qu'il demande par également à ses joueurs sur le terrain. 

L'avenir. 

L'arrivé de Marcelo Bielsa à Lille est une très bonne nouvelle pour notre championnat. Annoncé avec quelques mois d'avance, l'argentin a le temps de faire l'etat des lieu sur son nouvel effectif, le championnat, le jeu de Lille et les preceptes de jeu à mettre en place. Si le mariage semble déjà heureux entre Marcelo et le public Lillois, celui avec le président du Club n'a pas encore débuté. 

Quelques soit le pressing haut et la tactique, on a hâte de vous revoir sur le bord de touche Senor Bielsa. 

 

Posté par theadrou à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]