Réflexion Foot

24 février 2017

Bielsa : Si se vuelve

C'est fait depuis la semaine dernière , Marcelo Bielsa sera le prochain entraineur du LOSC la saison prochaine . El Loco retrouvera la Ligue 1 et une équipe ambitieuse et en reconstruction , une aubaine pour l'argentin qui aime les grands défi. Seulement est-ce le bon choix pour les deux parties ?

Source: Flickr

En démissionnant au soir de la 1ère journée de Ligue 1 il y a maintenant 2 ans, Marcelo Bielsa tient une sacrée réputation dans le championnat de France. Pourtant à Marseille, dès que l'on évoque le nom de l'entraineur argentin aux supporters, les yeux s'emmerveillent. En une saison sur le banc ( ou glacière) marseillais , Bielsa s'est mis tout le public dans la poche. Au délà des bons résultats du club (4ème donc directement qualifié en Europa League), l'OM sous Bielsa était séduisant au niveau du jeu . Des buts, de la hargne et une débauche physique intense des joueurs: le cocktail parfait pour satisfaire la folle passion des supporters marseillais pour leur club. 

Grande promesse de l'investisseur Gérard Lopez, l'arrivée de Marcelo Bielsa à Lille soulève de nombreuses questions. Pour quelles raisons l'argentin reviendrait-il dans le championnat de France ? A Lille particulièrement ? S'entendra t-il avec Gérard Lopez ? Est-ce un coup marketing ? Mais surtout est-ce que ça va marcher ? 

Les Intentions de Lopez. 

En rachettant le LOSC, Gérard Lopez souhaite faire du club lillois l'un des cadors de la Ligue 1 et ainsi concurrencer Paris, Marseille ou Lyon. Fort de ces grandes déclarations, le nouveau Président de Lille passe désormais à l'action: un mercato d'hiver avec pas moins de 7 recrues et l'arrivée annoncée de Marcelo Bielsa sur le banc pour la saison prochaine. Le projet commence à prendre forme. 

Jouissant d'un très belle côte pour les supporters, l'arrivée de Bielsa au club séduit déjà. Niveau communication, c'est tous bénef pour la nouvel équipe dirigeante lilloise. D'une part c'est  la promesse de voir du beau jeu avec l'argentin , chose très importante  pour les supporters dépuis les passages de Girard et Renard au club. Les  Lillois voient  donc en Bielsa l'homme providentiel qui saura à nouveau les faire vibrer au stade comme Rudi Garcia auparavant. D'autre part , en réalisant une promesse annoncée dès les négociations de rachat, Gérard Lopez prouve aux Lillois son sérieux, sa franchise et l'ambition qu'il a pour le club. En termes de communication Lopez marque un grand point. 

Car depuis quelques temps les intentions de l'investisseurs hispano-luxembourgeois sont remis en cause par la presse et les observateurs. En effet, ils sont plusieurs à douter de sa sincérité. Avec 7 recrues au mercato d'hiver beaucoup estiment, encore, que Lopez veut faire de Lille un club-Business , rentable en tous points ( fonctionnement et plus value transfert) à l'instar du Projet Dortmund, Chelsea ou Monaco. 

Or l'arrivée de Bielsa sur le banc remet en cause ces prétendues intentions de Business sportif. Le fameux et fumeux projet Dortmund annoncé par Vincent Labrune alors président de l'OM avait pour entraineur Bielsa. Ce dernier n'ayant pas apprécié la vente de plusieurs joueurs clefs en vue de réaliser de la plus value. Sans remors l'argentin avait alors démissionner au soir de la 1ere journée de sa deuxième saison sur le banc à cause d'un manque de sincérité, clarté et bonne foi de Vincent Labrune . 

On voit donc mal "El loco" faire deux fois les mêmes erreurs. Car si la venue de Bielsa sur le banc lillois n'empêche pas Gérard Lopez de faire du LOSC un club rentable, la politique du club sera dès lors tourné entièrement vers les prestations sportives , celle du terrain. Le rectangle vert avant tout ! 

Le bon choix de Bielsa. 

Pour l'entraneur Argentin, la page Marseille semble enfin être tournée. Car suite à sa démission, Bielsa est rentré en Argentine et n'a pas entrainé. Il y eu cette opportunité à la Lazio, fini en eau de boudin, toujours pour la même raison : le manque de confiance et de sincérité envers son président. 

Il vrai que Marcelo est un personnage atypque et même peut être dépassé par la notion entreprise du football moderne. En tant que coach, Bielsa aime avoir le contrôle sur tout l'aspect sportif du club. Du recrutement au jeunes en passant par les installations sportive et le terrain, le projet Marcelo Bielsa est total. Cette vision globale qui réussi et chaque décisions club est dirigées par le contenu sportif de l'équipe première. Seulement le football d'aujourd'hui est globalisé. La bonne santé d'un club ne se juge plus uniquement par les prestations de l'équipe mais également par l'équilibre budgetaire, sa réputation et sa capacité à générer des revenus. 

Avec sa réputation de fou, de passionné du jeu et d'amoureux du football, l'entraineur argentin fait peur aux présidents de clubs qui voient en Bielsa un homme d'un autre temps. C'est pourquoi depuis Marseille, l'Argentin ne retrouve plus de banc.

Malheuresement cet  l'amalgame entre Bielsa et foot business est faux et cache un plus grand problème dans le football moderne : le manque de sincérité, confiance et stabilité de plus en plus présent dans le foot mondial actuellement.

En effet, Bielsa est un professeur et non un fou. A Marseille, il a fait émerger des jeunes (et de quelle manière) par manque d'effectif. Sa réaction est la même quand l'argentin voient partir Payet, Thauvin , Gignac , Ayew, Imbula  à l'intersaison : en réponse il mise sur Bouna Sarr, Batshuayi et Nkoudou. N'oublions pas qu'il fit en une saison de Morel, Mendy, Dja Djédjé et Payet des joueurs incoutournables du championnat de France. 

Contruire et reconstruire ne semble pas embêter le technicien argentin. Le problème vient plutôt de sa relation avec son équipe dirigeante. Si les changements d'effectifs sont désormais monnaie courante, Bielsa a besoin de sentir la confiance de son président et son équipe dirigeante. Pas d'embrouilles, pas d'esquives ni de malfaçons : de la sincérité avant tout. Qualité qu'il demande par également à ses joueurs sur le terrain. 

L'avenir. 

L'arrivé de Marcelo Bielsa à Lille est une très bonne nouvelle pour notre championnat. Annoncé avec quelques mois d'avance, l'argentin a le temps de faire l'etat des lieu sur son nouvel effectif, le championnat, le jeu de Lille et les preceptes de jeu à mettre en place. Si le mariage semble déjà heureux entre Marcelo et le public Lillois, celui avec le président du Club n'a pas encore débuté. 

Quelques soit le pressing haut et la tactique, on a hâte de vous revoir sur le bord de touche Senor Bielsa. 

 

Posté par theadrou à 13:11 - Commentaires [0] - Permalien [#]


22 février 2017

Manchester City/As Monaco

Phénomènal ! Stratosphérique ! Quel match hier soir ! De l'envie, des buts, de la vitesse, des occasions, des fautes dans la surface , une technique irréprochable et deux visions tactiques qui s'affrontent : oui ce Manchester City/ Monaco restera comme l'un des match de l'année. 

Source: Flickr

Voilà pourquoi j'allume ma télévision les soirs de champions league , voilà pourquoi le football me donne des frissons , voilà pourquoi je passe des heures à regarder des matches , scrute l'actualité foot, réfléchis sur les enjeux tactiques : Oui ce Manchester City/ As Monaco est le parfait exemple du match de haut niveau, du match où l'on se régale tout simplement devant son écran. Ce matin je pense aux milliers de chanceux qui ont pu être à l'Etihad Stadium de Manchester. Merci Manchester ! Merci Monaco ! 

Trêve de flagorneries, ce 5-3 d'hier soir était incroyable sur tout les plans pour quelconque amateur de football. Cette rencontre est d'autant plus magique que l'on s'attendait pas vraiment une telle opposition. Bien souvent les grands duels de Champions League déçoivent un peu ( PSG/ Barcelone où les Catalans n'ont pas existé) et l'on doit attendre le match retour pour voir du beau spectacle.  

Le pressing haut Monégasque. 

Hier soir dès les premières minutes, l'AS Monaco a réalisé un pressing haut sur le porteur de balle  Habitué à faire circuler le ballon , Manchester est troublé par ce pressing. Les monégasque récupèrent haut de belles munition dans la moitié de terrain adverse : Les pressing de Falcao et Mbappé ont permis à Bakayoko et Fabinho de jouer les mauvaises relances de Manchester. Seulement à jouer très haut, les joueurs du Rocher s'exposent en contre. Plusieurs fois les longues passes de Yaya Touré ou David Silva ont éliminé la totalité du le milieu monégasque.Les occasions s'enchaînent.

Ayant beaucoup attaqué par la droite, Monaco encaisse justement son premier but dans ce même couloir après un exploit du mancunien Sané à la 26ème minutes. 5 minutes plus tard, un nouveau pressing gagnant permettra à Falcao d'égaliser suite à un centre de Fabinho. Monaco prendra même l'avantage  avant la mi-temps grâce à Mbappé sur un coup franc joué vite par Fabinho. 

Dans l'ensemble, ce pressing a bien fonctionné. Mbappé intenable en profondeur à accumuler les kilomètres. Les mauvaise relances de Manchester ont dont permis à Fabinho et Bakayoko de vite se projeter vers l'avant. Seulement les monégasques ont baissé de ryhtme vers la 65ème minutes. Ils menaient encore 3-2. On le sait face aux équipes de Guardiola il y a un moment où physiquement l'adversaire craque àprès avoir courru derrière le ballon toute la partie.

On peut peut-être repprocher à Leonardo Jardim d'avoir effectué ses changements trop tard ( le premier interviendra à la 78ème) pour anticiper cette baisse de régime collective.

Des défenses fautives. 

De part et d'autre les défenses centrales de City et de Monaco était amputées, Kompany pour Manchester et Jemerson pour l'ASM. Et hier soir, ça s'est vu. Côté anglais, à deux reprises l'entente Otamendi-Stones s'est fait prendre individuellement à défaut. De même le monégasque Glik, habituellement très bon, n'est pas exempt de tout reproches sur les deux cormers des 70 et 77ème mintunes amenant les troisième et quatrième buts mancuniens. L'erreur de main de Subasic en deuxième période relance également les anglais dans le match.

Autrement je trouve sévère de pointer du doigt les défenses sur ce match. Certes, on a vu huits buts mais les qualités techniques des attaquants étaient hier soir  phénoménales. Les deux équipes avaient d'ailleurs choisi d'alignér chacunes pas moins de 5 joueurs à vocation offensifs sur le terrain. Accuser les défenses c'est minimiser les performances des Agüero, Sané, Mbappé et Falcao. Ces quatres là ont été redoutables. Agüero et Falcao ont justifié leurs réputations de buteurs et joueurs de surface ( si ce n'est le penalty manqué du Tigre à la 47ème minutes qui fait basculer le match). Quand à Sané et Mbappé, ils ont démontré pour leurs jeunes âge ( respectivement 21 et 18 ans) leurs grandes qualités techniques, physiques et tactiques. 

Un arbitrage juste. 

Souvent critiqué et criticable , il est important de noter que l'arbitre espagnol Antonio Miguel Mateu Lahoz a été juste. A la 34 ème minutes, il sanctionne Agüero pour simulation , jutifiée au vu des images. En effet l'argentin tombe avant même le contact avec la gardien alors que le choc semblait  d'ailleurs inévitable. Beaucoup d'arbitres aurait été troublé, sûrement par l'enjeu du match, mais l'arbitre espagnol à pris ses responsabilités à juste titre. Dans un deuxième temps, le pénalty accordé au monégasques après l'intervention d'Otamendi en deuxième période est bien réel . 

Enfin  Antonio Miguel Mateu Lahoz a bien tenu sa rencontre. Il a distribué beaucoup de cartons jaunes (10) surtout à l'encontre des joueurs du Rocher (6). Tous justifiés et sortis rapidement, ces cartons ont vite calmé les tensions naissante sur le terrain. 

Un retour explosif 

Quand on voit la physionomie du match, on a un peu de peine pour Monaco. Franchement , ils méritaient mieux que ce score sévère de 5-3. N'oublions pas qu'il ont menaient 2-1 puis 3-2 leur adversaire du jour qui plus est à Manchester ! Cependant, l'ASM devra remporter le match retour avec 2 buts d'écarts. Au vu de la prestation d'hier, tous les espoirs sont permis. Seulement, attention Monaco a accumuler les cartons jaunes et devra notamment se passer de Glik pour ce match retour. 

On attends vivement le 15 mars le match retour à Louis II

 

 

Posté par theadrou à 08:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

21 février 2017

Manchester City/AS Monaco : le duel des discrets

Arrivé en demi finale de la compétition l'an dernier , Manchester City reçoit ce soir l'AS Monaco pour le compte des 8ème de finales de la Champions League. Une rencontre entre 2 clubs peu habitués historiquement au phases finales européennes mais qui depuis ces dernières années sont de mieux en mieux armés. S'il est impossible de prévoir la qualification de Manchester ou Monaco, l'un de ces deux clubs ambitieux sera éliminé le 15 mars, date du match retour. Qui a le plus a perdre ce soir ?  

Source: Flickr

Malgré le choc que représente cette rencontre, il n'y a pas de véritable engouement populaire dès lors que l'on évoque l'opposition entre Manchester City et Monaco. Sûrement que les deux clubs rachétés récemment par des gros investisseurs étrangers ( 2008 pour City et 2011 pour Monaco) n'ont pas encore conquis le coeurs des supporters, spécialistes du football.

Le club mal aimé d'Angleterre peine toujours à se forger un nom dans la ville et le pays qui à vu United remporter un nombre de titre hallucinant pendant des années.De même l'AS Monaco , qui gagne de plus en plus la sympathie du public français, n'impose pas le respect dû à une équipe de haut de tableau de Ligue 1 présente depuis 2014 sur la scène européenne. Mais ce soir , ce sont deux clubs très ambitieux et suffisamment solides pour l'Europe qui s'affrontent. 

Le Duel Guardiola/Jardim 

C'est d'abord un duel des entraineurs: le catalan Guardiola contre le Portugais Jardim. Deux grands coachs reconnus. A City, Guardiola a réalisé un debut d'exercice canon  en Première League ( 11 match 10 victoires et 1 nul ) et une victoire mémorable 3-1 contre Barcelone le 1er Novembre. Après avoir subi une baisse de régime, les Citizens connaissent un regain de forme en 2017. Guardiola impose à Manchester ce qu'il a déjà réussit à Barcelone et à Munich : un jeu de passe incroyable avec un trio d'attaquants efficace devant le but. Si l'on connait facilement le jeu prôné par l'équipe du Catalan, son exécution parfaitement millimètré par son collectif est imparable. 

Au contraire, Leonardo Jardim est davantage un caméléon tactiquement. Très critiqué pour sa rigueur offensive,  cette année Monaco est la meilleur attaque d'Europe (76 buts). Dans un tout autre style, les monegasques ont un jeu sans faute techniques, très pragmatique et d'une vitesse de projection incroyable devant les buts . L'actuel leader de la Ligue 1 ne semble d'ailleurs pas faiblir en termes de résultats et de prestation malgré un mois de Février chargé. 

Ce soir, la possession de balle ne fera pas le score. 

Choc des attaques, Milieu et des défenses ! 

Falcao, Germain, Lemar, Mbappé face à Agüero, Sané, Nolito, De Bruyne. Le choc des Silva : Bernardo contre David. Au mileu : Fabinho et Bakayoko devront s'étalonner contre Fernandinho et Sterling.

Enfin defensitvement, Manchester City ne pourra pas aligner son défenseur central  Vincent Kompany blessé tout comme Gael Clichy. Au contraire Monaco se présentera avec probablement Glik et  Andrea Raggi (ou Jorge ?)  en l'absence de Jemerson. On suppose que l'axe Mancunien sera composé d'Otamendi et de Jones.

Les clefs

 

Et il est peut être là le point faible de City. Car avec un jeu très offensif , basé sur la possession de balle, toutes les équipes de Guardiola peinent défensivement. Le trio Fernandinho-Otamendi-Jones devra faire face aux attaques Monégasques et aux relances de Fabinho et Bakayoko. Côté Monégasque , quid également défensivement avec l'absence de Jermerson suspendu. Jardim alignera-t-il Raggi ou Jorge en compagnie de Glik ?

Bref il semblerait bien que l'on voient beaucoup de buts ce soir. La donnée importante de cette rencontre est de savoir si Monaco peut résister aux attaques de City tout en se montrant , comme à son habitude, très efficace en contre. Plus malin tactiquement , l'équipe de Jardim n'aura pas de mal à hisser son niveau de jeu. De l'autre côté , la machine Manchester City est-elle capable de broyer le plan Monégasque ? 

Il faut prendre en compte que les joueurs de la principauté sont à l'aise lors de leurs déplacements en Angleterre : Victoire cette saison face à Tottenham et il y a 2 ans contre Arsenal. 

 

 

Posté par theadrou à 09:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

17 février 2017

La 26ème Journée de de Ligue 1trai

Avant dernière journée de championnat de ce gros mois de Février, la 26ème journée de Ligue 1 nous réserve quelques belles affiches notamment pour Paris, Lyon et St Etienne: les européens de la semaine. Si Paris et Lyon se sont imposés, les stéphanois ont perdu 3-0 à Old Trafford.  Une importante débauche d'énergie pour ces trois club qui devront faire tourner ce week end. 

Source: Flickr

PSG/TFC

 

 

Paris reçoit Toulouse dimanche soir en prime time. Le PSG devrait faire reposer ses stars après son incroyable 8ème de finale contre Barcelone et en vue d'un déplacement à Marseille le week-end prochain. Même avec les soi-disant second couteaux, l'equipe parisienne a de la gueule: Lucas, Guedes, Nkunku, Aurier, Maxwell... Etant toujours invaincue en 2017 - en ayant concédé qu'un match nul contre Monaco- le PSG aura à coeur de réaliser une grosse rencontre face à Toulouse. Ces derniers s'étaient imposés 2-0 contre les Parisiens lors de la 7ème journée. 

De leur côté , les Toulousains ont repris confiance en ce mois de Février. Après un mois de Janvier catastrophique (4 match pour autant de défaite et 1 buts marqué), les hommes de Pascal Dupraz se sont bien repris ces trois dernières recontres ( 2 victoires et 1 match nul) contre des candidats au maintien certes ( Angers, Lorient et Bastia). Néanmoins, l'animation offensive du TFC semble désormais en réussite, la conséquence directe de l'arrivée d'Andy Delort sur le front de l'attaque : le TFC a marqué 9 buts lors de son mois de Février. Les Toulousains ont un coup à jouer dimanche !  Le pressing tout terrain des Toulousains peut-il faire déjouer techniquement les parisiens ? 

Peu en verve à l'exterieur ( 5 victoires, 6 match nul et 5 défaite) on voit mal le TFC l'emporter au Parc des Princes. 

Lyon/Dijon

Coincé à la quatrième place , à 13 points du troisème, les lyonnais voient la concurrence revenir. Car depuis le debut d'année 2017, l'OL a un bilan plus que moyen : 4 victoires pour 5 défaites toutes compétitions confondues. Dès lors, la course pour la quatrième place , directement qualificative en Europa league est relancée : St Etienne n'est qu'à 1 point, Marseille et Bordeaux à 4 points. 

Cette semaine  face à l'AZ Alkmaar , les Gones se sont imposés à l'exterieur 4-1. Leurs qualification en 8ème de finale de l'Europa League est quasiment assuré en attendant le match retour au Parc OL jeudi prochain. Pourtant au niveau prestation , l'OL n'a toujours pas rassuré . L'intensité était présente et suffisante face à un adversaire pas au niveau mais l'animation offensive était encore hésitante. 

Seulement pour la confiance cette victoire fait du bien. En recevant Dijon dimanche au Parc OL , les Gones devront confirmer leur bonne prestation de jeudi. Le 11 titulaires sera différent mais espérons que l'envie soit là. D'autant plus que les Dijon avaient corrigé l'OL  4-2 lors de la 3ème journée. 

Les Dijonnais eux, lutte encore pour le maintien. à seulement 2 et 3 points des premier relégable. Chaque point gratté sera essentiel. Car le mois prochain, Dijon recevra Nice, St Etienne et se déplacera à Rennes. Le FCO tentera un maximum de faire douter un Lyon peu en confiance à domicile entre deux tours d'Europa League. 

Montpellier / St Etienne 

Malgré de très bonne prestation ce mois-ci, les hommes de Galtier se sont vaillament incliné à Old Trafford 3-0. Jamais on aurait pensé revoir un jour les Verts à un tel niveau. Néanmoins, une défaite laisse toujours des sequelles physiques et mentales. En recevant Manchester United jeudi prochain au chaudron, on ne s'étonnera pas que les stéphanois aient la tête ailleurs ce dimanche. Une analyse valable, sans doute légère quand on connait le personnage Galtier prêt à ne rien lacher. Doté cette année d'un effectif suffisament garni, l'ASSE viendra à Montpellier avec un groupe remanié mais néanmoins compétitif. Avec seulement 1 point de retard sur l'OL, St Etienne ne peut voir sa dynamique s'ecrouler. Le jeu aggressif et le pressing constant des Foréziens risuq ebien d'embêter Montpellier. 

Montpellier est , quand à lui, bien calé dans un haut du ventre mou de ce championnat. Pas vraiement en danger direct pour le maintien, le MHSC ne peut espérer de mieux qu'une belle 10ème place en fin de saison. Suite à l'éviction de Frédric Hantz et l'arrivée de Jean-Louis Gasset, es héraultais retrouvent d'avantages de confiance dans le jeu. Car en définitive lorsque l'on voit jouer Montpellier , le niveau technique est bien présent à défaut d'une force mental, de caratère. Le semaine dernière, le club s'est même permis une victoire 3-0 à Nancy, une première victoire à l'extérieur cette saison. Beaucoup plus à l'aise à domicile ( seulement 2 défaites , 6 victoires et 4 nuls) , les Montpellierains veulent avoir le scalp de St Etienne, une autre grosse écurie après Marseille ou le PSG. 

En somme, je vois bien Montpellier l'emporté d'un petit but d'écart ou St Etienne arracher un précieux match nul ce soir. 

Posté par theadrou à 23:30 - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2017

Et Emery fit taire les critiques ....

Source: Flickr

Impensable , 4-0 ! Une prestation majuscule de parisiens hier des parisiens au Parcs des Princes leur offrent pratiquement leur qualification en quart de finale de Champion's League. Ce matin, on se demande encore comment les partenaires de Lionel Messi ont pu encaisser 4 buts dans une même rencontre. Très ou trop critiqué, le PSG d'Unai Emery a reussi devant l'ogre Barcelonais le match parfait. 

 

Lundi, à la veille de la rencontre, les supporters su PSG tremblent. Thiago Silva, leur capitaine, O Monstro, est forfait pour le 8ème de finale de Champion's League contre Barcelone. En toute logique, Unai Emery titularise Presnel Kimpembe, le troisième défensur central du groupe. L'international français ayant déjà participé à 11 matchs cette saison. 

Privé également de Thiago Motta, la composition de Paris hier soir est jeune. Seul  Matuidi et Cavani font office d'ancien à 29 ans seulement. Et quand traditionnellement l'equipe prend la pose devant le photo officiel, on a du mal a reconnaitre qui sera le leader, le patron de cette jeune équipe parisienne. Car face aux catalans, le talent ne suffit pas. 

Le match lèvera tout doutes et interrogations sur le niveau du PSG et la compétence d'Unai Emery comme entraineur de haut niveau. 

Impressionnant dans le pressing, le marquage, l'animation offensive le Paris d'hier soir était un grand d'Europe. Peut-on individualiser la performance de chaque joueurs tant la copie parisienne était parfaite ? On ne peut que distribuer les bons points : Matuidi et Di Maria retrouvés , Rabiot et Verratti patrons au milieu de terrain, Meunier propre et le duo Marquinhos-Kimpembe fonctionnant parfaitement, croquant au passage la MSN. 

Bousculé dans la relance, les Blaugranas n'ont jamais pu enchaînée les mouvement si ce n'est que 10 min en première mit-temps (20-30ème minutes). Privé de ballons et de solution face à un bloc parisien pressant , le mileu de terrain Iniesta-Gomes-Busquet a été dépassé. Seul Neymar devant s'est montré remuant à défaut d'être vraiment dangereux. Et que dire de Messi, obligé de descendre au milieu de terrain pour toucher quelques ballons. 

Trop souvent critiqué pour la gestion de son groupe et certaines prestation, le Sévillan Emery a su répondre aux critiques qui plus lors du match le plus important de la saison. Car oui hier soir aux Parc des Princes face au PSG du coach espagnol jouait semble-t-il le FC Barcelone, quintuple vainqueur de la compétition aux grandes oreilles. 

Seulement attention ! l'eurphorie de cette victoire ne doit pas faire oublier que 50% du travail a été accompli. Le 8 mars Barcelone saura recevoir les parisiens au Camp Nou. 

Emery fait taire les critiques infondées: les plus cléments dénonçaient une équipe en reconstruction pour pardonner certaines défaites. Après le chef d'oeuvre d'hier soir, les sceptiques et xénophonobes spécialistes du football ne peuvent que se taire. La pge Laurent Blanc-Ibrahimovic est définitement tournée. 

 

Posté par theadrou à 10:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


14 février 2017

PSG/Barcelone : la Compo du PSG new look

Contrairement aux années précedente la composition du PSG en Champion's League n'est pas clairement connue. Plusieurs questions se posent concernant les joueurs mais également l'animation qui sera proposée. 

Composition PSG

Sans trop de doute Unai Emery devrait débuter la rencontre avec un 4-3-3 classique avec deux milieux centre relayeurs. Un dispositif qui peut évoluer en cours de match. La composition de départ présente plusieurs interrogations: en effet Guedes (pas qualifié), Motta (suspendu), Thiago Silva (blessure), Krychowiak (choix) et Lo Celso (choix) ne font pas partie du groupe pour plusieurs raisons. 

Le technicien et tacticien espagnol s'appuit sur un groupe solide avec des titulaires en puissance. 

Gardien

Tout d'abord au poste de gardien, la récente polémique autours d'Aréola foce Unai Emery à titulariser Kévin Trapp. Revenant juste de blessure l'Allemand n'a commis aucune erreurs le week end dernier contre les Girondins de Bordeaux. 

Défense centrale 

Avec le forfait hier de Thiago Silva, la paire Kimpembe-Marquinhos devrait débuter la rencontre. En mobilisant souvent Kimpembe cette saison, les automatise de cette charnière centrales sont présentes. Une défense internationale très jeune (21 et 22 ans) qui devra avoir beaucoup

de caractère face à la MSN. 

Les Latéraux 

A gauche comme à droite, deux joueurs se disputent le poste : Kurzawa/Aurier et Meunier/Aurier.

A gauche, le choix sera difficile.Si Kurzawa semble en avance et titulaire du poste, Unai Emery sera peut être tenter de titulariser Maxwell plus expérimenté. En effet, avec le forfait de Silva , le titularisation de Maxwell apporterai plus d'expérience et sécurité en défense. En revanche, l'avenir appartient à Kurzawa. Capable d'aligner les prestations de haut niveau , il est temps pour l'ancien monégasque de s'imposer. 

A droite , Meunier semble avoir une longeur d'avance. Plus serein défensivement et plus sobre offensivement , le belge enchaine les bonnes prestations. Aurier, tout juste de retour de la CAN, peut apporter sa folie offensive.

Le Milieu à trois. 

Là aussi, la composition du milieu de terrain est connu d'avance en l'absence de Thiago Motta. Le trio Matuidi, Veratti et Rabiot sera reconduit. Ce qui interresse ici se sera plutôt l'animation de ce milieu de terrain. Le duo Verratti-Rabiot sera interressant à observer : qui des deux jouera le rôle de sentinelle devant la défense ? Qui se projetera le mieux vers l'avant ? Tout les deux sont capable de faire la passe qui élimine. Défensivement , on voit plus l'Italien se coltiner le mauvais job: les petites fautes tactiques notamment.

Enfin le rôle de Matuidi reste un mystère. Capable de se projeter vers l'avant en portant le ballon, l'homme chewing gum est un récupérateur hors pair. Pourvu seulement qu'il soit dans une bonne forme car dernièrement, les prestations de Matuidi peine à convaincre pour le haut niveau.  

Comme déjà fait par Ancelotti et réitéré cette saison, Matuidi peut également jouer sur le côté gauche de l'attaque parisienne. A ce poste, Emery profiterait des qualités offensives et de récupération de l'international français tout en densifiant son milieu de terrain avec la titularisation de Nkunku. Tactique osée intelligente et peut être tentée en deuxième mi-temps selon le score. 

Les 3 de l'attaque. 

En pointe , Cavani semble indéboulonable. Actuellement en pleine bourre, l'Uruguayen doit prouver qu'il est de la race des très grand attaquant: efficace avec peu d'occasion. Précieux dans l'animation avec ses courses en profondeurs , Cavani doit se mettre en évidence devant le but. En deuxième mi-temps, Emery sera peut être tenté de faire rentrer Ben arfa en pointe dans l'idée de conserver la balle : un faux numéro neuf à la manière du Barça de Guardiola. 

Côté droit, la concurrence entre Draxler et Lucas fait rage. Le Brésilien retrouve cette saison sont sens de la percussion et se découvre des talent de finisseur (8 buts). Sa vitesse, son energie peut convaincre face à Jordi Alba. Seulement la nouvel recrue Draxler est taillé pour les joutes de haut niveau. Plus discret, ses courses et prises de balles sont toujours dangereuse. La titularisation de l'un ou de l'autre dépendra de l'animation choisie par le coach Sévillan. 

Enfin côté gauche, Di Maria sera sans nul doute le titulaire du poste incontestablement. L'argentin souvent transparent retrouve depuis quelques temps des couleurs. En deuxième mi-temps Ben Arfa ou le magicien Pastore pourrait remplacé Di Maria. Dans un autre choix tactique, Matuidi peut être titulaire sur ce côté gauche auquel cas l'argentin sera replacé au milieu de terrain, un poste qu'il occupait lors de son passage au Real de Madrid. 

En somme, beaucoup de question sur le choix de compo du PSG. Differentes options sont laissé à Unai Emery qui en mobilisant a chaque fois son groupe depuis le début de saison s'offre plusieurs tactiques. Ainsi le PSG peut évoluer de plusieurs manières selon le jeu, la tactique et l'animation choisie par le coach Sévillan. 

Réponse ce soir ! 

 

Posté par theadrou à 12:50 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Le PSG peut-il le faire ?

Ce 14 février certains couples passeront leur soirée devant la télé et d'autres au stade pour les plus chanceux. Car ce soir c'est PSG/BARCELONE , l'un des gros chocs de ces 8ème de finale de Champion's League. La France du football et l'Europe entière scruteront avec attention le résultat d'une rencontre au sommet. Le quintuple tenant en vainqueur de la competition habitué ces dernières années à décrocher le titre se déplace au Parc des Princes. Le PSG, l'éternel ousider depuis 5 saisons peut-il contester l'égémonie catalane ? 

Mesdames, ce soir soyez s'il vous plait indulgeantes avec ces messieurs . 

Source: Flickr

Chaque année la question est la même : Quel sera le parcours du PSG en Champion's League ? Sont-ils capable de faire mieux que la saison précédente? Avec une équipe taillée pour les grandes échéances européennes , les Parisiens enchaînent sans trop de difficultés les victoires dans les compétitions internes. Très déçu de l'élimination l'an dernier face à Manchester City, les dirigeants parisiens ont limogé Laurent Blanc au profit du technicien espagnol Unai Emery, triple vainqueur de L'Europa League avec le FC Séville. Le signe d'une nouvelle étape franchie ?  

Le Surprise PSG ?

Les années précédentes la composition, le jeu et la disposition tactique du PSG façon Laurent Blanc était trop facilement prévisible:possession de balle et une animation d'un 4-3-3 évidente.  Néanmoins, le club de la capitale décrochait toujours son billet pour le quart de finale de la compétition . LE Club s'était même permis d'ajouté a son tableau de chasse le Chelsea de Mourinho l'an dernier. Seule équipe du gotta européen s'inclinant face au PSG.  

Cette année , le nouveau PSG d'Unai Emery brouille les pistes que ce soit au niveau tactique, du jeu , du comportement des joueurs et de la composition. Ce flou permet donc au PSG d'être imprévisible, capable d'évoluer de plusieurs manières selon l'opposition : un atout dans les rencontres de très haut-niveau. Une variété tactique, une mobilisation entière du groupe et un jeu évolutif digne des grandes écuries européennes qui permettrait au PSG de franchr un cap. 

L'incroyable Barça 

Au contraire, le FC Barcelone est une machine de guerre bien huilée. Si ces dernières années l'obsession de la possession de balle semble moins importante, le FCB use de son Tiki-Taka, son jeu de passe redoutable contre n'importe qu'elle équipe.  En cas de difficulté collective , la tripette Messi Neymar Suarez (MSN) fait toujours des merveilles. Le duo Piqué-Umtiti est robuste. Mais cette saison, le Barça est encore plus impressionnant à mon avis. Car même en difficulté dans le jeu, les Catalans parveniennent toujours à dominer et à gagner. Le danger est partout ! 

Seulement cette année en Champion's League, le Grand Barça s'est incliné 3-1 contre Manchester City à l'Etihad Stadium. Une defaite en guise d'espoir pour  les adversaires des catalans : Oui à l'exterieur le FCB peut perdre. Néanmoins Bacelone ne peut perdre que face à lui même. N'oublions pas que Manchester City est coaché par Pep Guardiola , disciple de l'école Cruyff, dans un style de possession de balle similaire mais plus pragmatique. La bataille du mileu de terrain avait été remporté par les mancuniens mettant au suplice un Busquets désorienté : une faiblesse à exploiter ? 3 semaine plus tard, au Camp Nou, les Anglais encaissaient un cinglant 4-0 ( triplé de Messi).

Le Sévillan Emery peut-il surprendre Barcelone ? 

En définitive, le PSG de ce soir  à domicile saura-til embêter le FC Barcelone ? Clairement c'est tout ce que l'on souhaite à Paris . Cependant, ce resultat sera-t-il suffisant à conserver au Camp Nou

pour se qualifier ? C'est beaucoup moins sûr.

Quelque soit la qualification ou le résultat de ce soir, Paris nous montrera enfin ce qu'il a dans le ventre. 

 

Posté par theadrou à 11:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 février 2017

Les débats de la machine à café : la 25ème journée de Ligue 1

Dans ce gros mois de Février où s'enchainent les rencontres de championnat, la 25ème journée de Ligue 1 étonne et nous a réservé plusieurs surprises. Retour sur les resultats du week end en 3 débats : 

Source: Flickr

Record de Buts en Ligue 1 

37 buts en 10 rencontres pour cette journée de Ligue . Un record que l'on avait pas vu depuis bien longtemps dans l'hexagone (saison 2014/2015). Après avoir essuyées de nombreuses critiques justifiées des spécialistes , le Ligue 1 serait-elle redevenu attractive ? On l'espère bien ! On espère également que ce record de la 25ème journée n'est pas un mirage, une anomalie footbalistique. Car attenttion, l'AS Monaco booste ce chiffre avec ses 5 buts incrits face à Metz et son statut de meilleur attaque d'Europe. 

Néanmois cette année , plusieurs équipe misent sur un jeu haut avec des velléites offensive clairement affichées : Nice, Marseille, Lyon.... Au delà des erreurs défensives , ce sont les organisations et schémas offensifs qui permettent de voir cette année du beau jeu et des scores fleuves. 

Avec 2,57 buts par match en moyenne cette saison, le Ligue 1 impressionne. Espéronsque le championnat garde le rythme jusqu'à la fin de saison. 

Qui pour remplacer Gomis ? 

Après avoir marquer deux fois ce dimanche soir, Bafétimbi Gomis s'écroule sur le pelouse de la Beaujoire à la 66ème minutes. Une belle entorse au genou apparemment. A la fin de la rencontre, le coach Marseillais Rudi Garcia ne s'y trompe pas "Le vrai coup dur de ce soir, c’est la blessure de Bafé Gomis. On verra les examens, mais ce qui est sûr, c’est que c’est une entorse du genou. On verra le caractère de gravité, mais ce n’est pas une bonne chose de le voir sortir sur ce genre de situation" 

Surement privé de son meilleur buteur et en pleine confiance en ce moment pour quelques semaines (16 buts, 3ème meilleur buteur du championnat), l'OM devra faire preuve de créativité. Au poste d'attanquant pointe , Rudi Garcia devrait numériquement miser sur Bouna Sarr, assez convaincant depuis sa titularisation face à Metz le week end dernier. Bien intégré dans le groupe et dans le dispositif tactique, l'ancien messin n'a  cependant toujours pas marquer cette saison en Ligue 1. 

En tant que 2ème buteur du club avec 6 réalisations, Florian Thauvin pourrait endosser le rôle de sérial buteur sur le côté droit. De retour de la CAN, Clinton Njie pourrait également être aligné dans l'axe, son poste à Lyon. Très enclin à prendre la profondeur et à dévorer les espaces, on voit mal Njie au poste d'attaquant axial à l'OM tant ce jeu là ne semble pas compatible avec les qualités de Payet, Thauvin ou Cabella qui aiment ,eux aussi,

 percuter balle au pied. 

On pourrait donc vite revoir dans le groupe Leya Iseka ? 

L'OL patine 

Et de 10, dixième défaite pour Lyon cette saison ! Une statistique inquiétante digne d'une équipe de deuxième partie de tableau.Depuis 2017 , l'OL affiche un bilan assez inquiétant : 8 match, 3 victoire pour 5 défaite. Peu adepte des matchs nuls (1 seulement) , les Gones parviennent à se maintenir à la quatrième place du classement. 

Avec 13 points de retard sur Nice, actuel troisème du championnat, Lyon voit ses chances de titre et de qualification en Champion's League s'envoler. L'OL doit surtout davantage regarder derrière lui la qualification directe en Europa league n'est pas assuré : St Etienne en très grande forme n'est plus qu'à 1 point . Bordeaux, Marseille et Guingamp se rapproche dangereusement à la lutte à cette quatrième place. Les defaites face à l'OM et lors du derby ont semble-t-il touché mentalement les Gones. 

Avec un 16ème de finale aller-retour en Europa League et les deux receptions de Dijon et Metz à domicile, Lyon doit sortir les crocs en cet fin de mois de Février pour rester encore en vie. 

Posté par theadrou à 12:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]

08 février 2017

Le show Monaco

 

Source: Flickr

En s'imposant 2-1 hier soir sur la pelouse de Montpellier, Monaco impressionne et se pose véritablement comme LE candidat au titre de champion de France 2017.  Des stats incroyables, des joueurs en progression constante on se demande qui pourra arrêter l'ASM de Leonardo Jardim version 2016/2017. 

Les Stats 

Hier soir, les monégasques jouaient leur 39ème match de la saison. Et ce chiffre démenciel n'est pas prêt de ralentir au rythme où Monaco enchaîne les rencontres de haut niveau. L'ASM est en effet encore en lice sur tous les tableaux : la Champion's League , la Coupe de France, la Coupe de la Ligue et la Ligue 1. 

Malgré ce constat , les joueurs de Jardim continuent d'impressionner les spécialistes football les plus sceptiques.En prenant en compte la victoire sur Montpellier , Monaco s'est offert un 10ème match sans défaite ( 9 victoires pour 1 nuls) , une série qui égale leur propre record de 10 recontres sans défaite accomplie déjà cette saison entre le 18 octobre et le 7 décembre toute compétitions confondues.

Certes l'ASM gagne mais avec la manière s'il vout plait : on ne colle pas 70 buts cette saison en Ligue 1 sans produire u minimum de jeu ! Comme aie si bien rappeler les spécialistes Monaco est la meilleur attaque d' Europe. N'oublions pas qu'elle est aussi l'une des meilleure défense : 23 buts encaissés seulement soit une différence au goal average de +47. 

Quel jeu 

Avec des statistiques pareilles , on se demande ce que l'on peut reprocher à ce Monaco là. Car même au niveau des prestations, les monégasques sont séduisant. Ce qui frappe dès les premières minutes , c'est la qualité de technique individuel et collective de l'ensemle de l'équipe: contrôles, passes, placements , déplacements, entente entre partenaires de jeu tout semble coordonnés. Que ce soit face à des cadors ou à de plus modeste équipes, le rendu est toujours le même. 

En effet , le coach Jardim a pu cette année travailler dans la continuité avec son groupe. Plus habitué à voir ses meilleurs élements quitter le Rocher, Monaco a conservé cette année l'ossature de son équipe de l'an dernier : Bernardo Silva, Fabinho, Bakayoko , Moutinho notamment . On ajoute les arrivées ou retours de grands joueurs : Falcao, Germain, Sidibé et l'explosion au plus au niveau de Lemar, Mendy ou encore Mbappé.

Mais il serait malhonnête de réduire le succés monégasque à un simple mercato exceptionnelement réussi cette année car depuis son retour dans l'élite il y a 4 ans, l'ASM a toujours fini sur le podium de la Ligue 1. Il est plus adéquate de rendre au coach Jardim le fruit de son travail.  La troisième saison du technicien Portugais à la tête du club est celle de la confirmation. Son  travail de longue haleine semble porter ses fruits.

Un équilibre est trouvé dans le jeu d'attaque efficace sans être totale et une défense ferme capable d'être une rampe de lancement . Car on ne peut pas scinder l'équipe monégasque entre joueurs offensif et défensif. La stratégie collective et le jeu monégasque demande une implication complète des joueurs et de l'effectif. Germain ou Falcao ont autant de responsabilités défensives dans l'exercice d'un premier pressing que Glik, Sidibé ou Mendy ont des responsabilités offensives dans l'avant dernière ou la dernière passe. 

Et quand le projet de jeu ou le collectif ne fonctionne pas, ce sont les qualités individuelles de joueurs de grands talents comme Falcao, Germain, Silva, Lemar ou Mbappé qui font la différence.

Le Calendrier 

Oui mais voilà , nous ne sommes qu'en Février et la saison est encore longue. Engagée dans toutes les compétitions auquel elle a pris part, l'ASM doit jouer encore de nombreux matchs. Les monégasques peuvent-ils tenir dans la durée ? L'accumulation des matchs qui plus est de haut niveau et la fatigue générée auront-il raison de l'ambitieux du club de la principauté ? 

Si une équipe type se dégage clairement, 34 joueurs présent au club sont sous contrat pro soit un très beau chiffre. Monaco peut donc faire tourner sans véritablement perdre véritablement en qualité d'autant plus que le projet de jeu est plus fort que les individualités.

Enfin contrairement aux années précedentes, les monégasques ont la possibilité de décrocher cette année un titre. Le renouveau du PSG laisse davantage de place pour le club de la principauté de truster un titre en fin de saison que ce soit en Ligue 1 , en Coupe de France ( Finale ASM/PSG) ou en Coupe de la Ligue. 

 

 

Posté par theadrou à 11:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 février 2017

Les débats de la machine à café : le derby ASSE/OL

Source: Flickr

La Ligue 1 est un championnat pleins d'émotions, riche en petites histoires et dramas . Comme pour bien commencer la semaine et pour clôturer le week-end de Ligue 1, les questions foot s'enchainent à la pause café. Retour sur  le derby ASSE/OL de la 23ème journée de Ligue 1. 

L'ASSE maître du derby. 

2-0 le score est sans appel ce dimanche soir pour les Stéphanois dans un match tendu. Car comme dans tous les bons derby, l'essentiel n'est pas dans le jeu mais dans le résultat final. En effet le match d'hier soir n'a été  spectaculaire que lors des 30 premières minutes intenses durant lesquelles les occassions s'enchaînent. En exerçant un pressing haut et un marquage individuel, St Etienne fait déjoué les Lyonnais. Incapable d'aligner les passes et les enchaînements les Gones plient par 2 fois. Après 22 minutes de jeu , le match est fini : l'ASSE va gérer son avance et contenir des Lyonnais apathiques.

Vraiment l'on peut se questionner sur le niveau mental des Lyonnais : après l'impasse de mardi soir en Coupe de France , l'OL n'a pas rassurrer ses supporters hier soir. Un manque d'envie flagrant et aucune rebellion. On peut reprocher aussi à Genesio la titularisation de Memphis Depay trop individuel à la place de Matthieu Valbuena plus collectif.

D'autre part, avec une aussi belle prestation, on se demande si les stéphanois ont enfin franchi un cap dans ses résultats. Avec un jeu simple , peu spectaculaire mais efficace, l'ASSE semble armée face à n'importe quelle formation. Si ce match a servi d'une répétition grandeur nature d'une rencontre d'Europa League, l'opposition face à Manchester United pourrait confirmer la progression de St Etienne. 

Tolisso "Pourquoi tu t'affiches frère ? "

Le naufrage de l'OL d'hier soir  dans le derby va laisser les traces. Mentalement, les Gones n'y étaient pas. Alors après 80 minutes de jeu, les lyonnais, mauvais perdant craquent nerveusement. C'est d'abord Rachid Ghezzal écope d'un premier carton jaune justifié suite à un geste d'énervement. 5 minutes plus tard suite à une petite altercation avec Fabien Lemoine , le Lyonnais prend son second carton jaune : expulsion. Comme un enfant victime d'injustice, le Lyonnais quitte difficilement le terrain. 

Ayant l'âme d'un super héros , ce sera Corentin Tolisso qui vengera son coéquipier en assenant un tacle par derrière, deux pieds décollé sur la cheville de Lemoine. Un geste terrible sanctionné d'un carton rouge plus que mérité, on se demande même comment la cheville du stéphanois a pu ressortir indemne du choc. 

Symbole d'un lâché prise total et d'un manque de concentration pendant pendant 90 minutes, les Gones ont pourri la fin de rencontre. L'attitude de Ghezzal et le geste de Tolisso vont probablement faire l'objet de citation en commission de discipline avec à la clé plusieurs matchs de suspension. Au delà de ses gestes d'humeurs déplacés , on se demande si Lyon ne va pas finir sa saison en roue libre. Une fois de plus, ses joueurs là ont montré qu'ils n'avaient le mental d'une équipe de haut niveau en se recroquvillant dans un jeu d'invidualités face à la contrariété d'une rencontre à pression. 

Pour l'OL il faudra vite réagir dès mercredi contre Nancy. 

 

Posté par theadrou à 10:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :